RENDEZ-VOUS CULTURE

PAR MARGUERITE NATTER

Jean-Paul Gaultier s’invite au Grand Palais : de la rue aux étoiles

Sans être des inconditionnels de l’oeuvre impertinente de Jean-Paul Gaultier, ses créations et la scénographie ne laissent pas indifférent. Du punk au french cancan, du treillis à la robe de mariée, du caniveau à la culture de masse, l’exposition circule à travers le monde depuis le musée des Beaux-Arts de Montréal qui l’organise, jusqu’à Dallas, San Francisco, Madrid, Rotterdam, Stockholm, New York, Londres, Melbourne et Paris. 1,5 millions de visiteurs l’ont déjà découverte. Nous avons la chance de la voir au Grand Palais, enrichie d’installations et de vidéos assez remarquables, grâce à la collaboration de la RMN.
Elle développe sur les deux niveaux du bâtiment un défilé grandeur nature de 176 œuvres marquantes du créateur, des années 70 à nos jours.

NO FUTURE & DIRTY BOYS
Nous retiendrons la restitution bluffante du défilé de mode : d’un côté les stars invitées, reconnaissables sur des mannequins, admirant le passage de créations cultes de JPG puisées dans le pavé parisien (robes Punk Cancan, Tour Eiffel,…), et de l’autre un éventail de punks, sur fond de mur taggé londonien, dont les crêtes vertigineuses et les codes so destroy rappellent l’oeuvre d’un autre « enfant terrible de la mode » : Vivienne Westwood. Liée à la mode punk professionnellement et personnellement (longtemps épouse de Malcolm MacLaren, producteur des Sex Pistols), elle ouvrit sa première boutique sur King’s Road à Londres en 1971. Le lieu devint une institution de la culture punk. Et Gaultier d’arpenter Carnaby Street en épingles à nourrice, Doc’Martens et crête iroquoise. En reprenant les codes de Westwood et de Camden Market, il présente sa collection de prêt-à-porter homme « Flower Power and Skinheads » en automne-hiver 1997-1998 puis « So British », prêt-à-porter femme, automne-hiver 2007-2008 et « Punk Cancan » en 2011.

ODYSSEE ET JUNGLE URBAINE
On a aussi apprécié la créativité et l’humour de ses effets « recyclage », jouant sur le décalage entre le matériau et son nouvel usage :  le sac poubelle devient une robe, une jupe en tulle est cousue de surpiqûres de jeans. Le répertoire marin et les grandes robes à thème étaient au rendez-vous : perroquet, camouflage, drôles et impressionnantes de technique.

Les différents médias – en particulier la création audiovisuelle des visages animés (par UBU-Montréal) –  rappellent les collaborations entre la mode et le cinéma (Almodovar, Besson…), la danse (Béjart), la pop internationale (Madonna, Kylie Minogue), l’art contemporain et la photo (Andy Warhol, Mario Testino).

Plus qu’une rétrospective, cette exposition est une création à part entière.

 

Jean Paul Gaultier. Du 1er avril au 3 août 2015 au Grand Palais, galeries nationales, entrée Clémenceau. Métro Champs-Élysées-Clemenceau ou Franklin-D.-Roosevelt. Dimanche et lundi de 10 à 20h, du mercredi au samedi de 10 à 22h. Fermé le mardi.

Next Post

Previous Post

© 2018 RENDEZ-VOUS CULTURE

Theme by Anders Norén